Je m'appelle Bakara, je vais bientôt avoir 5 ans, je suis doux et gentil.

Je m'appelle Bakara, je suis un dog argentin, je suis fragile et docile...

 

J'ai longtemps pensé que j'étais heureux, et j'ai longtemps tenté de vous rendre heureux, vous humains.

Aujourd'hui je suis si fatigué, oui fatigué de ne pas comprendre, fatigué de le payer durement.

 

Je me suis fait balloter de famille en famille,

Mais je suis un peu malade, alors je suis arrivé un jour dans un refuge qui a su prendre soin de moi,

Juste parce que mes compagnons humains du quotidien n'ont pas su m'aimer assez.

Malgré cela, vous passiez sans me voir, ou vous me regardiez avec une telle tristesse et pitié,

que vous repartiez..........sans moi, juste en me laissant vous implorer du regard de m'emmener.

 

Trop fatigué et découragé au point de ne plus me nourrir, 

Je me suis rendu à la raison, jour après jour, à vous regarder inlassablement repartir....

 

Puis un jour, alors que je grelottais de froid derrière mes barreaux,

Un étrange et grand humain s'est accroupi devant moi, juste un instant, qui a duré....

Le temps qu'il me regarde dans les yeux, puis il s'est retourné.

Puis il est revenu,

Puis il m'a emmené.

Je me croyais sauvé.

 

Je me sentais toujours fatigué, mais j'avais un chez-moi, j'avais des compagnons....humain, chien, chat....

Ce n'était pas la grande vie, mais c'était la vie tranquille, à manger, dormir, gambader, et le regarder,

Lui, celui que je croyais m'avoir sauvé.

Mais je restais si fatigué.

 

Ces derniers mois, j'étais quand même dans mon chez-moi,

Mais c'est un autre humain de son clan qui venait nous donner à manger, et nous promener longuement.

Il était gentil, il nous emmenait loin pour courir dans la nature, avec des petits humains qui courraient aussi.

Ce n'était pas mon humain habituel, j'étais toujours fatigué, mais j'étais heureux.

 

Puis il est revenu, mon humain habituel.

Il était étrange mon humain habituel, il ne me regardait plus comme avant.

J'ai juste voulu lui montrer que j'étais content de le revoir, mais il m'a repoussé.

 

Les jours passaient sans que nous allions loin, sans qu'il me regarde, à peine s'il pensait à me donner à manger.

J'étais fatigué, j'étais malade, j'avais besoin de soins..... 

Moi je le regardais, mais il ne me regardait plus.

J'étais fatigué, j'avais mal à l'intérieur de moi, tout mon corps me faisait mal.

Je n'ai pu contrôler mes envies, plus rien en moi ne fonctionnait.....

Je l'ai violemment payé, j'ai encaissé l'accès de colère que ça a provoqué.

Il était fatigué, il ne me regardait plus, je ne voyais que trop tard le pied ou le point arriver.

 

Puis la semaine dernière, le compagnon chien de mon chez-moi est mort dans la nuit.

Replié dans mon coin, j'ai entendu les complaintes de douleur allant crescendo,

Et me voyant, sa colère s'est abattue sur moi, il ne pouvait plus me voir, il ne voulait plus me voir.

 

Il m'a fait sortir, dehors en bas, dans l'herbe fraiche du petit matin...

Puis il s'est retourné sans un regard.

Je ne comprends pas, c'était mon humain habituel, il fallait que je le suive pour remonter dans mon chez-moi.

Dommage, je n'aurais pas dû.

Il était comme possédé et hagard, j'ai encaissé en pleurant, mais il ne me voyait plus.

Il est reparti, je ne l'ai plus vu.

 

J'ai tenté en boitant d'aller me cacher dans un coin,

Je ne voulais plus voir d'humain. Trop dur, trop mare des humains, trop de douleurs, trop de pleurs à l'intérieur.

 

Mais j'ai entendu une voix douce qui m'appelait.....

Oh un autre humain ! il va me faire quoi celui-là ?

Il s'est très doucement approché de moi, il s'est accroupi, il m'a parlé en me caressant...

Il m'a porté dans une voiture délicatement, j'avais mal....et il le voyait.

 

Je ne comprends toujours pas, j'étais fatigué, j'avais mal.

Pleins d'humains étaient autour de moi, à me nettoyer, à me mettre des aiguilles dans la peau,

Pleins d'humains me donnaient des soins et à manger.....sous des lumières dures comme le jour.

Je me suis un peu endormi.

Au réveil, je me suis senti moins fatigué, comme rassuré aussi.

 

Je m'appelle Bakara

Je réside aujourd'hui au refuge de la SPA, et je regarde les humains passer. 

Aglewo© - 31.07.2012